Post Information:

object(WP_Post)#15355 (24) {
  ["ID"]=>
  int(12994)
  ["post_author"]=>
  string(1) "2"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-06-02 10:11:26"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-06-02 08:11:26"
  ["post_content"]=>
  string(10190) "




La Fondation ANAIS affirme depuis longtemps sa volonté de créer une vraie dynamique sportive dans ses pratiques institutionnelles, afin de faire du sport un facteur d’épanouissement, un équilibre de vie pour les personnes accompagnées. Cet article vous présente 3 initiatives différentes portées par la MAS ANAIS d’Ancenis.

L'ÉQUITATION ADAPTÉE

À la MAS ANAIS d’Ancenis, un groupe de 4 personnes cérébro-lésées et 4 personnes polyhandicapées pratique l’équitation adaptée dans un centre équestre la Fleuriaye à Carquefou. Il s'agit un centre équestre équipé pour recevoir des personnes à mobilité réduite avec notamment un équi-lève (voir la vidéo) et un moniteur équestre formé aux handicaps. Le partenariat s'est fait à l'initiative de l’éducateur sportif spécialisé de la MAS, Julien OGER, pour permettre aux personnes à mobilités réduites de pratiquer l’équitation comme les valides.

« Monter à cheval implique un engagement physique par l’équilibre, la force et l’adresse. Ce sport favorise la mobilité des articulations, plus particulièrement de l’abdomen, du muscle fessier, des mollets, des bras, en plus de renforcer la posture. Mais pas que... En effet, je l’observe pendant les séances, la relation au cheval agit comme un catalyseur d’émotions. La communication non-verbale entre la personne et l’animal renforce le lien affectif. Les émotions trouvent cet espace et coulent paisiblement avec une certaine compréhension qui se crée entre la personne et le cheval. Sur celui-ci, j’observe un lâcher-prise de la personne avec une sensation de liberté. C’est pour eux, une expérimentation multi-sensorielle qui stimule l’attention, la conscience du corps et la confiance en soi ».

Avec le responsable du centre équestre, l’échange est permanent sur le sens à donner à la séance, le projet individuel du pratiquant et l’évaluation. Les intentions ne seront pas forcément les mêmes en fonction de la personne (cérébro-lésée / polyhandicapée) : ajustement tonique pour maintenir l’équilibre, informations proprioceptives, contact corporel, schéma et langage corporel.

Dans tous les cas, c’est un vrai moment de plaisir et de partage pour tous ! 

LE QUADRIX

Le Quadrix est né en 2006, à l’initiative de plusieurs personnes en situation de handicap qui imaginent un Fauteuil Tout Terrain leur permettant de pratiquer le sport de montagne. Puis victime de son succès, il s’est démocratisé un peu partout en France.

"Cet engin permet à nos pratiquants de se sentir libres, de se déplacer dans la campagne, de rouler dans l’herbe, dans la boue tout en retrouvant des sensations de vitesse et de pilotage. Ce fauteuil tout terrain a un guidon avec frein et accélérateur sur la même poignée (très pratique pour les personnes hémiplégiques). L’avantage de ce sport est la possibilité de pratiquer ensemble c’est-à-dire les personnes valides (accompagnateurs) en VTT et les personnes non valides en Quadrix. Nous pratiquons une fois par mois grâce à un partenariat avec l’association « Cap Nature ». Nous organisons des sorties dans différents lieux : terrains vallonnés, bords de Loire… C’est un sport qui demande une certaine maîtrise de soi et de son environnement. C’est une activité de gestion et d’adaptation" Julien OGER - Éducateur Sportif Spécialisé à la MAS.

TÉMOIGNAGE D’UN PRATIQUANT :
"Je suis en liberté, j’aime bien quand ça bouge ! C’est comme un 4x4 ! J’aime bien rouler dans la boue, faire des bosses.". Maxime C

À LA RENCONTRE DE L'AUTRE PAR LA MÉDIATION SPORTIVE

Le sport pour tous est aussi l'occasion d'aller à la rencontre de l'Autre et casser un certain nombre de préjugés...

L’école primaire du "Sacré Cœur" de Moisdon-la-Rivière (44) travaille cette année sur le thème "S’exprimer autrement : Le handicap". Les objectifs de leur projet pédagogique sont :

  • Sensibiliser les enfants à la différence, au handicap, leur permettre de mieux comprendre le monde qui les entoure tout en développant leur empathie.
  • Organiser des discussions et échanges entre enfants et adultes. Voilà un défi que les enseignants veulent relever dans leur classe pour construire une société plus ouverte.
  • Montrer aux élèves que la différence peut être une richesse, que d’autres sens que ceux dont ils se servent le plus fréquemment peuvent être sollicités et développés, que l’on peut se faire comprendre en utilisant d’autres modes de communication que le purement verbal.
  • Travailler sur les handicaps suivants : la cécité, la surdité, et les handicaps moteurs.

...avec un domaine : sport et handicap. La Directrice de l’école a contacté la MAS ANAIS d’Ancenis, et notamment l’Éducateur Sportif Spécialisé Julien OGER, pour exposer leurs attentes et voir les possibilités d’actions au sein de leur école.

Après plusieurs contacts et échanges, il a été prévu une intervention d’une semaine auprès de chaque classe de la Petite Section au Cours Moyen 2 (142 élèves). Les interventions se veulent adaptées aux capacités des résidents de la MAS et à l’âge des enfants participants.

« L’intérêt d’un tel projet est bel et bien la rencontre et le partage par le biais de jeux sportifs. Ces ateliers vont être un support aux émotions ressenties, aux corps et vont permettre aux résidents d'interagir avec les enfants. Nous souhaitons créer du lien en jouant avec des espaces pensés propices à la rencontre. L’idée est de créer des ateliers qui permettent le passage à l’autre (résidents/enfants) en jouant par la pratique d’un sport adapté. Exemples d’ateliers proposés : Kin-ball, tir à la carabine laser, boccia, basket, mise en situation en fauteuil roulant et motilo…  Après les ateliers, nous allons proposer des temps d’échanges où chacun pourra mettre des mots sur ses émotions ressenties, sur des questionnements par rapport aux difficultés du quotidien avec le handicap. C’est un projet commun et collectif où les salariés/résidents des unités cérébro-lésées sont acteurs en amont par des courriers envoyés aux enfants pour créer du lien et bien-sûr pendant la semaine d’intervention. La démarche d’aller chercher des matériels spécifiques pour enfants (atelier mise en situation : fauteuils roulants enfants) est intéressante car cela permet de nouer des contacts avec d’autres associations comme l’APF et l’APAJH. Nous souhaiterions pérenniser ces rencontres avec l’école chaque année ».

En attente des retours d’expériences… !

" ["post_title"]=> string(18) "Le sport pour tous" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(15) "sport-pour-tous" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-06-02 11:18:34" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-06-02 09:18:34" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(40) "https://www.fondation-anais.org/?p=12994" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" }

Post Taxonomies:

array(5) {
  [0]=>
  string(8) "category"
  [1]=>
  string(8) "post_tag"
  [2]=>
  string(11) "post_format"
  [3]=>
  string(8) "language"
  [4]=>
  string(17) "post_translations"
}

Terms for Taxonomy category:

array(1) {
  [0]=>
  object(WP_Term)#15583 (10) {
    ["term_id"]=>
    int(200)
    ["name"]=>
    string(15) "Fondation ANAIS"
    ["slug"]=>
    string(16) "fondation-anais2"
    ["term_group"]=>
    int(0)
    ["term_taxonomy_id"]=>
    int(200)
    ["taxonomy"]=>
    string(8) "category"
    ["description"]=>
    string(0) ""
    ["parent"]=>
    int(0)
    ["count"]=>
    int(276)
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

Terms for Taxonomy post_tag:

array(0) {
}

Terms for Taxonomy post_format:

array(0) {
}

Terms for Taxonomy language:

array(1) {
  [0]=>
  object(WP_Term)#15581 (10) {
    ["term_id"]=>
    int(2)
    ["name"]=>
    string(9) "Français"
    ["slug"]=>
    string(2) "fr"
    ["term_group"]=>
    int(0)
    ["term_taxonomy_id"]=>
    int(2)
    ["taxonomy"]=>
    string(8) "language"
    ["description"]=>
    string(68) "a:3:{s:6:"locale";s:5:"fr_FR";s:3:"rtl";i:0;s:9:"flag_code";s:0:"";}"
    ["parent"]=>
    int(0)
    ["count"]=>
    int(4987)
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

Terms for Taxonomy post_translations:

array(0) {
}

Le sport pour tous

02/06/2021

La Fondation ANAIS affirme depuis longtemps sa volonté de créer une vraie dynamique sportive dans ses pratiques institutionnelles, afin de faire du sport un facteur d’épanouissement, un équilibre de vie pour les personnes accompagnées. Cet article vous présente 3 initiatives différentes portées par la MAS ANAIS d’Ancenis.

L'ÉQUITATION ADAPTÉE

À la MAS ANAIS d’Ancenis, un groupe de 4 personnes cérébro-lésées et 4 personnes polyhandicapées pratique l’équitation adaptée dans un centre équestre la Fleuriaye à Carquefou. Il s'agit un centre équestre équipé pour recevoir des personnes à mobilité réduite avec notamment un équi-lève (voir la vidéo) et un moniteur équestre formé aux handicaps. Le partenariat s'est fait à l'initiative de l’éducateur sportif spécialisé de la MAS, Julien OGER, pour permettre aux personnes à mobilités réduites de pratiquer l’équitation comme les valides.

« Monter à cheval implique un engagement physique par l’équilibre, la force et l’adresse. Ce sport favorise la mobilité des articulations, plus particulièrement de l’abdomen, du muscle fessier, des mollets, des bras, en plus de renforcer la posture. Mais pas que... En effet, je l’observe pendant les séances, la relation au cheval agit comme un catalyseur d’émotions. La communication non-verbale entre la personne et l’animal renforce le lien affectif. Les émotions trouvent cet espace et coulent paisiblement avec une certaine compréhension qui se crée entre la personne et le cheval. Sur celui-ci, j’observe un lâcher-prise de la personne avec une sensation de liberté. C’est pour eux, une expérimentation multi-sensorielle qui stimule l’attention, la conscience du corps et la confiance en soi ».

Avec le responsable du centre équestre, l’échange est permanent sur le sens à donner à la séance, le projet individuel du pratiquant et l’évaluation. Les intentions ne seront pas forcément les mêmes en fonction de la personne (cérébro-lésée / polyhandicapée) : ajustement tonique pour maintenir l’équilibre, informations proprioceptives, contact corporel, schéma et langage corporel.

Dans tous les cas, c’est un vrai moment de plaisir et de partage pour tous ! 

LE QUADRIX

Le Quadrix est né en 2006, à l’initiative de plusieurs personnes en situation de handicap qui imaginent un Fauteuil Tout Terrain leur permettant de pratiquer le sport de montagne. Puis victime de son succès, il s’est démocratisé un peu partout en France.

"Cet engin permet à nos pratiquants de se sentir libres, de se déplacer dans la campagne, de rouler dans l’herbe, dans la boue tout en retrouvant des sensations de vitesse et de pilotage. Ce fauteuil tout terrain a un guidon avec frein et accélérateur sur la même poignée (très pratique pour les personnes hémiplégiques). L’avantage de ce sport est la possibilité de pratiquer ensemble c’est-à-dire les personnes valides (accompagnateurs) en VTT et les personnes non valides en Quadrix. Nous pratiquons une fois par mois grâce à un partenariat avec l’association « Cap Nature ». Nous organisons des sorties dans différents lieux : terrains vallonnés, bords de Loire… C’est un sport qui demande une certaine maîtrise de soi et de son environnement. C’est une activité de gestion et d’adaptation" Julien OGER - Éducateur Sportif Spécialisé à la MAS.

TÉMOIGNAGE D’UN PRATIQUANT :
"Je suis en liberté, j’aime bien quand ça bouge ! C’est comme un 4x4 ! J’aime bien rouler dans la boue, faire des bosses.". Maxime C

À LA RENCONTRE DE L'AUTRE PAR LA MÉDIATION SPORTIVE

Le sport pour tous est aussi l'occasion d'aller à la rencontre de l'Autre et casser un certain nombre de préjugés...

L’école primaire du "Sacré Cœur" de Moisdon-la-Rivière (44) travaille cette année sur le thème "S’exprimer autrement : Le handicap". Les objectifs de leur projet pédagogique sont :

  • Sensibiliser les enfants à la différence, au handicap, leur permettre de mieux comprendre le monde qui les entoure tout en développant leur empathie.
  • Organiser des discussions et échanges entre enfants et adultes. Voilà un défi que les enseignants veulent relever dans leur classe pour construire une société plus ouverte.
  • Montrer aux élèves que la différence peut être une richesse, que d’autres sens que ceux dont ils se servent le plus fréquemment peuvent être sollicités et développés, que l’on peut se faire comprendre en utilisant d’autres modes de communication que le purement verbal.
  • Travailler sur les handicaps suivants : la cécité, la surdité, et les handicaps moteurs.

...avec un domaine : sport et handicap. La Directrice de l’école a contacté la MAS ANAIS d’Ancenis, et notamment l’Éducateur Sportif Spécialisé Julien OGER, pour exposer leurs attentes et voir les possibilités d’actions au sein de leur école.

Après plusieurs contacts et échanges, il a été prévu une intervention d’une semaine auprès de chaque classe de la Petite Section au Cours Moyen 2 (142 élèves). Les interventions se veulent adaptées aux capacités des résidents de la MAS et à l’âge des enfants participants.

« L’intérêt d’un tel projet est bel et bien la rencontre et le partage par le biais de jeux sportifs. Ces ateliers vont être un support aux émotions ressenties, aux corps et vont permettre aux résidents d'interagir avec les enfants. Nous souhaitons créer du lien en jouant avec des espaces pensés propices à la rencontre. L’idée est de créer des ateliers qui permettent le passage à l’autre (résidents/enfants) en jouant par la pratique d’un sport adapté. Exemples d’ateliers proposés : Kin-ball, tir à la carabine laser, boccia, basket, mise en situation en fauteuil roulant et motilo…  Après les ateliers, nous allons proposer des temps d’échanges où chacun pourra mettre des mots sur ses émotions ressenties, sur des questionnements par rapport aux difficultés du quotidien avec le handicap. C’est un projet commun et collectif où les salariés/résidents des unités cérébro-lésées sont acteurs en amont par des courriers envoyés aux enfants pour créer du lien et bien-sûr pendant la semaine d’intervention. La démarche d’aller chercher des matériels spécifiques pour enfants (atelier mise en situation : fauteuils roulants enfants) est intéressante car cela permet de nouer des contacts avec d’autres associations comme l’APF et l’APAJH. Nous souhaiterions pérenniser ces rencontres avec l’école chaque année ».

En attente des retours d’expériences… !

L'ÉTABLISSEMENT