Post Information:

object(WP_Post)#15468 (24) {
  ["ID"]=>
  int(12817)
  ["post_author"]=>
  string(1) "2"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-05-04 10:28:16"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-05-04 08:28:16"
  ["post_content"]=>
  string(13830) "




La crise sanitaire survenue au printemps 2020 a profondément bousculé le fonctionnement des établissements et services de la Fondation ANAIS. Au-delà des règles sanitaires applicables, les professionnels ont dû faire face aux problématiques d'isolement et ont dû réfléchir à des moyens de garder le lien : lien avec les personnes accompagnées confinées à domicile, lien des résidents confinés dans les structures de la Fondation avec leurs proches, lien des professionnels avec les familles... Les outils de communication numérique en visio ont alors pris une place prépondérante et les équipes ont imaginé différents leviers pour les utiliser afin de redonner le sourire à toutes les personnes accompagnées.

Zoom ici sur 3 projets portés durant ce premier confinement par l'ESAT ANAIS de Paris, l'ITEP ANAIS de Saint-Imoges et l'IME ANAIS de La Chapelle-près-Sées :

CAFÉ VISIO ET GROUPE DE PAROLE ONLINE

Avec le démarrage de la crise COVID, l'ESAT ANAIS de Paris a vécu pour la première fois un contexte de confinement. L'ESAT étant ouvert toute l'année, les professionnels n'avaient jamais été confrontés à cette situation d'isolement des travailleurs durant des périodes aussi longues. Ils ont pu évaluer une souffrance psychique importante, une inquiétude élevée vis-à-vis de la contamination au virus, ainsi qu'un isolement social majoré par le confinement. Au regard de ces différents éléments préoccupants, l'ESAT a mis en place deux espaces d'échange :

  • un café visio hebdomadaire ouvert à tous les travailleurs et à l'équipe

Cet outil a été proposé via l'application Zoom durant la période de confinement afin d'assurer une continuité du lien entre les personnes. Voir les visages contribue au maintien de ce lien. L'objectif de ce groupe fut un moment de partage libre, sans attente d'élaboration d'un sujet, basé sur un principe de bienveillance et de respect de la parole de chacun, dans un cadre sécurisant.

Le café visio se déroulait une fois par semaine à la même heure (jeudi à 15h). Il durait 40 min et était animé par la psychologue, les moniteurs et la CESF.

  • un groupe de parole visio, hebdomadaire, restreint, destinés aux travailleurs en capacité de respecter la confidentialité et en capacité d'élaborer sur leurs ressentis

Le thème : comment vivez-vous le confinement ? Il s'agissait de réunir un petit effectif afin que ceux qui souhaitaient s'exprimer davantage que dans le café visio puissent le faire. Une demande dans ce sens a pu émerger chez certains travailleurs. Il s'agissait d'un groupe restreint de personnes sachant utiliser l'outil numérique et en capacité de verbaliser. Il devaient aussi être en mesure de protéger le cadre de confidentialité à savoir pouvoir s'isoler dans une pièce et être en capacité de protéger cet espace en indiquant à leurs proches qu'ils étaient occupés.

La mise en place de ces dispositifs a nécessité en amont de contacter les travailleurs afin de leur demander s'ils avaient une adresse mail et les outils pour se connecter (téléphone, ordinateur, micro, webcam) ou s'ils souhaitaient une aide. Afin de limiter la fracture du numérique chez les usagers se trouvant dans l'impossibilité de se connecter, l'ESAT a proposé l'envoi de courriers postaux avec un mot de l'équipe et des jeux ainsi que les productions artistiques et recettes de cuisine des travailleurs.

"Ces pratiques ont permis de garder un lien, convivial, avec un certain nombre de travailleurs tout en permettant d’évaluer la qualité d’accès au numérique des personnes accompagnées. L’ESAT démontre que son accompagnement ne s’arrête pas à la seule présence des travailleurs dans l’établissement mais se poursuit au-delà selon les besoins. La confiance a certainement été renforcée grâce à cet outil. Reproduire cette expérience permettra de continuer d’évaluer le niveau d’accès des travailleurs aux outils de communication actuels qui renforcent leur inclusion dans la société et de prévoir les formations nécessaires pour les moins autonomes." Eric AVENEAU, Directeur de l'ESAT ANAIS de Paris

LIEN AVEC LES ENFANTS ET LES FAMILLES À DISTANCE

À l'ITEP ANAIS de Saint-Imoges le confinement ne permettait plus d’accueillir les enfants sur l’internat de semaine. Il était cependant impératif de maintenir un lien avec les enfants et leur famille, de soutenir parents et enfants et de proposer un contenu pédagogique avec des retours, des corrections et des suivis.

Habituellement, les professionnels accompagnent les jeunes en direct au sein de l'établissement. Avec le confinement des jeunes dans leurs familles, il a fallu mettre en place de nouvelles pratiques afin de ne pas rompre le lien et de poursuivre le travail pédagogique à la maison en s'appuyant sur les familles.

L’ITEP propose trois types d’interventions : l’internat (cité ici), le semi-internat et le SESSAD. L’idée de développer des relations par visioconférence a émergé à partir des consignes de l’ARS et de l’Éducation Nationale mais aussi des professionnels du SESSAD qui ont poursuivi leurs accompagnements en mêlant visioconférence (WhatsApp) et visites à domicile.

À l'issue de cette période de confinement, ce changement de pratique a été maintenu à l'internat pour mieux organiser les réunions de synthèse dans les couples séparés et éloignés géographiquement. Elles se font dorénavant avec les deux parents, un des deux est présent et l’autre est en direct via une application de visioconférence.

SOUTIEN ACCRU AUX FAMILLES

À l'IME ANAIS de La Chapelle-près-Sées, lors du premier confinement des enfants se sont retrouvés dans l'établissement sans pouvoir avoir de contact physique avec leur famille. D'autres ont été confinés au domicile, avec leur famille mais loin des équipes.

Pour maintenir le lien avec les familles, les professionnels ont renforcé les contacts téléphoniques et utilisé les visios Teams. Les professionnels se sont assurés que les proches aidants disposaient d'un moyen de communication adapté. Pour ceux qui n'avaient pas d'équipement, l'IME leur a proposé des prêts de matériels. Les enjeux de ce soutien accru aux familles à distance, étaient multiples :

  • Pour celles dont l’enfant était confiné dans le service : travail sur l’absence, la gestion du manque, le maintien du lien, soutien sur diverses problématiques
  • Pour celles dont l’enfant était confiné au domicile : conseil et soutien pour organiser le quotidien, soutien à la parole pour tenir sur le long terme face aux troubles du comportement, aide à la compréhension des troubles, conseil d’outils, d’activités, de techniques…

Ce suivi a permis aux familles de prendre le temps d’être en confiance et d’apprécier de pouvoir poser leurs émotions, leurs inquiétudes… En soutenant les parents régulièrement, on permet une mise à distance de certaines émotions, une compréhension plus distanciée des troubles de l’enfant et donc une meilleure identification de ses besoins (moins d’affect).

Après la fin du confinement, certaines familles ont demandé la poursuite des visios et appels téléphoniques réguliers. L’échange permettait un mieux-être, donnait un espace de parole libérée et sans jugement. Les parents avaient pris conscience que l’accompagnement de l’enfant passe par un accompagnement global de la famille : si les parents se sentent soutenus, compris, libérés de certains affects, ils sont en meilleure posture pour s’occuper de leur enfant.

Évidemment ces échanges visios ont été aussi très bénéfiques aux enfants éloignés de leur famille pour le maintien du lien. Les enfants du service n’ont pas le langage mais leur sourire durant ces instants partagés à distance était très révélateurs de la création d'un lien émotionnel fort.


Ces projets illustrent toute l'utilité des outils de communication numérique dans le cadre de nos accompagnements. Certes des difficultés associées existent : pratique plus ou moins maîtrisée des utilisateurs avec les outils numériques, matériel à disposition, qualité de la connexion, inconvénients du virtuel (absence du corps, confidentialité, intrusion dans l'espace personnel)... Il convient in fine de tirer des enseignements de toutes ces expériences pour permettre, de façon collective au sein de la Fondation ANAIS, de faire évoluer au mieux nos pratiques.

Dans le cadre de ses missions, la Fondation ANAIS œuvre à inclure la personne accompagnée dans la cité et la rendre actrice dans la construction de son parcours de vie. Pour cela l’accès à Internet de chaque individu est devenu un enjeu d’équité, d'autant plus marqué en cette période de crise sanitaire.

Ainsi la Fondation ANAIS a enclenché fin 2020 un chantier de couverture wifi de l’ensemble de ses établissement médico-sociaux en partenariat avec ORANGE BUSINESS SERVICES, afin d'ouvrir le wifi gratuitement et de façon sécurisée à tous les résidents. L'objectif est de garantir ce service d'ici la fin 2021.

La personne en situation de handicap ou de dépendance pourra communiquer avec l’extérieur mais également accéder aux outils numériques de co-construction de son projet de vie.

Le réseau wifi est le support idéal et indispensable de la transformation digitale des institutions médico-sociales. La Fondation ANAIS prépare l’évolution de son réseau vers plus de services tout en garantissant la sécurité, la confidentialité des données et la conformité à la législation. Ce projet, point important de l’urbanisation de nos SI, s’inscrit dans la feuille de route du programme national ESMS numérique qui vise à généraliser l’utilisation du numérique dans les établissements et services médico-sociaux.


" ["post_title"]=> string(44) "La communication numérique à l'heure COVID" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(40) "la-communication-numerique-a-heure-covid" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-05-05 11:25:25" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-05-05 09:25:25" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(40) "https://www.fondation-anais.org/?p=12817" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" }

Post Taxonomies:

array(5) {
  [0]=>
  string(8) "category"
  [1]=>
  string(8) "post_tag"
  [2]=>
  string(11) "post_format"
  [3]=>
  string(8) "language"
  [4]=>
  string(17) "post_translations"
}

Terms for Taxonomy category:

array(1) {
  [0]=>
  object(WP_Term)#15695 (10) {
    ["term_id"]=>
    int(200)
    ["name"]=>
    string(15) "Fondation ANAIS"
    ["slug"]=>
    string(16) "fondation-anais2"
    ["term_group"]=>
    int(0)
    ["term_taxonomy_id"]=>
    int(200)
    ["taxonomy"]=>
    string(8) "category"
    ["description"]=>
    string(0) ""
    ["parent"]=>
    int(0)
    ["count"]=>
    int(260)
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

Terms for Taxonomy post_tag:

array(0) {
}

Terms for Taxonomy post_format:

array(0) {
}

Terms for Taxonomy language:

array(1) {
  [0]=>
  object(WP_Term)#15693 (10) {
    ["term_id"]=>
    int(2)
    ["name"]=>
    string(9) "Français"
    ["slug"]=>
    string(2) "fr"
    ["term_group"]=>
    int(0)
    ["term_taxonomy_id"]=>
    int(2)
    ["taxonomy"]=>
    string(8) "language"
    ["description"]=>
    string(68) "a:3:{s:6:"locale";s:5:"fr_FR";s:3:"rtl";i:0;s:9:"flag_code";s:0:"";}"
    ["parent"]=>
    int(0)
    ["count"]=>
    int(4600)
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

Terms for Taxonomy post_translations:

array(0) {
}

La communication numérique à l’heure COVID

04/05/2021

La crise sanitaire survenue au printemps 2020 a profondément bousculé le fonctionnement des établissements et services de la Fondation ANAIS. Au-delà des règles sanitaires applicables, les professionnels ont dû faire face aux problématiques d'isolement et ont dû réfléchir à des moyens de garder le lien : lien avec les personnes accompagnées confinées à domicile, lien des résidents confinés dans les structures de la Fondation avec leurs proches, lien des professionnels avec les familles... Les outils de communication numérique en visio ont alors pris une place prépondérante et les équipes ont imaginé différents leviers pour les utiliser afin de redonner le sourire à toutes les personnes accompagnées.

Zoom ici sur 3 projets portés durant ce premier confinement par l'ESAT ANAIS de Paris, l'ITEP ANAIS de Saint-Imoges et l'IME ANAIS de La Chapelle-près-Sées :

CAFÉ VISIO ET GROUPE DE PAROLE ONLINE

Avec le démarrage de la crise COVID, l'ESAT ANAIS de Paris a vécu pour la première fois un contexte de confinement. L'ESAT étant ouvert toute l'année, les professionnels n'avaient jamais été confrontés à cette situation d'isolement des travailleurs durant des périodes aussi longues. Ils ont pu évaluer une souffrance psychique importante, une inquiétude élevée vis-à-vis de la contamination au virus, ainsi qu'un isolement social majoré par le confinement. Au regard de ces différents éléments préoccupants, l'ESAT a mis en place deux espaces d'échange :

  • un café visio hebdomadaire ouvert à tous les travailleurs et à l'équipe

Cet outil a été proposé via l'application Zoom durant la période de confinement afin d'assurer une continuité du lien entre les personnes. Voir les visages contribue au maintien de ce lien. L'objectif de ce groupe fut un moment de partage libre, sans attente d'élaboration d'un sujet, basé sur un principe de bienveillance et de respect de la parole de chacun, dans un cadre sécurisant.

Le café visio se déroulait une fois par semaine à la même heure (jeudi à 15h). Il durait 40 min et était animé par la psychologue, les moniteurs et la CESF.

  • un groupe de parole visio, hebdomadaire, restreint, destinés aux travailleurs en capacité de respecter la confidentialité et en capacité d'élaborer sur leurs ressentis

Le thème : comment vivez-vous le confinement ? Il s'agissait de réunir un petit effectif afin que ceux qui souhaitaient s'exprimer davantage que dans le café visio puissent le faire. Une demande dans ce sens a pu émerger chez certains travailleurs. Il s'agissait d'un groupe restreint de personnes sachant utiliser l'outil numérique et en capacité de verbaliser. Il devaient aussi être en mesure de protéger le cadre de confidentialité à savoir pouvoir s'isoler dans une pièce et être en capacité de protéger cet espace en indiquant à leurs proches qu'ils étaient occupés.

La mise en place de ces dispositifs a nécessité en amont de contacter les travailleurs afin de leur demander s'ils avaient une adresse mail et les outils pour se connecter (téléphone, ordinateur, micro, webcam) ou s'ils souhaitaient une aide. Afin de limiter la fracture du numérique chez les usagers se trouvant dans l'impossibilité de se connecter, l'ESAT a proposé l'envoi de courriers postaux avec un mot de l'équipe et des jeux ainsi que les productions artistiques et recettes de cuisine des travailleurs.

"Ces pratiques ont permis de garder un lien, convivial, avec un certain nombre de travailleurs tout en permettant d’évaluer la qualité d’accès au numérique des personnes accompagnées. L’ESAT démontre que son accompagnement ne s’arrête pas à la seule présence des travailleurs dans l’établissement mais se poursuit au-delà selon les besoins. La confiance a certainement été renforcée grâce à cet outil. Reproduire cette expérience permettra de continuer d’évaluer le niveau d’accès des travailleurs aux outils de communication actuels qui renforcent leur inclusion dans la société et de prévoir les formations nécessaires pour les moins autonomes." Eric AVENEAU, Directeur de l'ESAT ANAIS de Paris

LIEN AVEC LES ENFANTS ET LES FAMILLES À DISTANCE

À l'ITEP ANAIS de Saint-Imoges le confinement ne permettait plus d’accueillir les enfants sur l’internat de semaine. Il était cependant impératif de maintenir un lien avec les enfants et leur famille, de soutenir parents et enfants et de proposer un contenu pédagogique avec des retours, des corrections et des suivis.

Habituellement, les professionnels accompagnent les jeunes en direct au sein de l'établissement. Avec le confinement des jeunes dans leurs familles, il a fallu mettre en place de nouvelles pratiques afin de ne pas rompre le lien et de poursuivre le travail pédagogique à la maison en s'appuyant sur les familles.

L’ITEP propose trois types d’interventions : l’internat (cité ici), le semi-internat et le SESSAD. L’idée de développer des relations par visioconférence a émergé à partir des consignes de l’ARS et de l’Éducation Nationale mais aussi des professionnels du SESSAD qui ont poursuivi leurs accompagnements en mêlant visioconférence (WhatsApp) et visites à domicile.

À l'issue de cette période de confinement, ce changement de pratique a été maintenu à l'internat pour mieux organiser les réunions de synthèse dans les couples séparés et éloignés géographiquement. Elles se font dorénavant avec les deux parents, un des deux est présent et l’autre est en direct via une application de visioconférence.

SOUTIEN ACCRU AUX FAMILLES

À l'IME ANAIS de La Chapelle-près-Sées, lors du premier confinement des enfants se sont retrouvés dans l'établissement sans pouvoir avoir de contact physique avec leur famille. D'autres ont été confinés au domicile, avec leur famille mais loin des équipes.

Pour maintenir le lien avec les familles, les professionnels ont renforcé les contacts téléphoniques et utilisé les visios Teams. Les professionnels se sont assurés que les proches aidants disposaient d'un moyen de communication adapté. Pour ceux qui n'avaient pas d'équipement, l'IME leur a proposé des prêts de matériels. Les enjeux de ce soutien accru aux familles à distance, étaient multiples :

  • Pour celles dont l’enfant était confiné dans le service : travail sur l’absence, la gestion du manque, le maintien du lien, soutien sur diverses problématiques
  • Pour celles dont l’enfant était confiné au domicile : conseil et soutien pour organiser le quotidien, soutien à la parole pour tenir sur le long terme face aux troubles du comportement, aide à la compréhension des troubles, conseil d’outils, d’activités, de techniques…

Ce suivi a permis aux familles de prendre le temps d’être en confiance et d’apprécier de pouvoir poser leurs émotions, leurs inquiétudes… En soutenant les parents régulièrement, on permet une mise à distance de certaines émotions, une compréhension plus distanciée des troubles de l’enfant et donc une meilleure identification de ses besoins (moins d’affect).

Après la fin du confinement, certaines familles ont demandé la poursuite des visios et appels téléphoniques réguliers. L’échange permettait un mieux-être, donnait un espace de parole libérée et sans jugement. Les parents avaient pris conscience que l’accompagnement de l’enfant passe par un accompagnement global de la famille : si les parents se sentent soutenus, compris, libérés de certains affects, ils sont en meilleure posture pour s’occuper de leur enfant.

Évidemment ces échanges visios ont été aussi très bénéfiques aux enfants éloignés de leur famille pour le maintien du lien. Les enfants du service n’ont pas le langage mais leur sourire durant ces instants partagés à distance était très révélateurs de la création d'un lien émotionnel fort.


Ces projets illustrent toute l'utilité des outils de communication numérique dans le cadre de nos accompagnements. Certes des difficultés associées existent : pratique plus ou moins maîtrisée des utilisateurs avec les outils numériques, matériel à disposition, qualité de la connexion, inconvénients du virtuel (absence du corps, confidentialité, intrusion dans l'espace personnel)... Il convient in fine de tirer des enseignements de toutes ces expériences pour permettre, de façon collective au sein de la Fondation ANAIS, de faire évoluer au mieux nos pratiques.

Dans le cadre de ses missions, la Fondation ANAIS œuvre à inclure la personne accompagnée dans la cité et la rendre actrice dans la construction de son parcours de vie. Pour cela l’accès à Internet de chaque individu est devenu un enjeu d’équité, d'autant plus marqué en cette période de crise sanitaire.

Ainsi la Fondation ANAIS a enclenché fin 2020 un chantier de couverture wifi de l’ensemble de ses établissement médico-sociaux en partenariat avec ORANGE BUSINESS SERVICES, afin d'ouvrir le wifi gratuitement et de façon sécurisée à tous les résidents. L'objectif est de garantir ce service d'ici la fin 2021.

La personne en situation de handicap ou de dépendance pourra communiquer avec l’extérieur mais également accéder aux outils numériques de co-construction de son projet de vie.

Le réseau wifi est le support idéal et indispensable de la transformation digitale des institutions médico-sociales. La Fondation ANAIS prépare l’évolution de son réseau vers plus de services tout en garantissant la sécurité, la confidentialité des données et la conformité à la législation. Ce projet, point important de l’urbanisation de nos SI, s’inscrit dans la feuille de route du programme national ESMS numérique qui vise à généraliser l’utilisation du numérique dans les établissements et services médico-sociaux.


LES ÉTABLISSEMENTS