Post Information:

object(WP_Post)#15497 (24) {
  ["ID"]=>
  int(12924)
  ["post_author"]=>
  string(1) "2"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-06-02 10:34:50"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-06-02 08:34:50"
  ["post_content"]=>
  string(4589) "




Le FAM ANAIS d'Aubigny accueille trente résidents depuis son ouverture en 1998. L’architecture est telle que tous les résidents se rejoignent pour les temps de repas. Parfois perçu comme un atout pour la convivialité, l’afflux de résidents et de professionnels au moment du repas entraîne une réalité toute autre :

  • Peu d’espace pour se déplacer, ce qui pouvait parfois être un frein à l’autonomie.
  • Beaucoup de nuisances sonores, qui occasionnaient parfois des conflits entre résidents, des troubles de l’alimentation, et de la déglutition.

La crise du coronavirus et la mise en œuvre des protocoles sanitaires imposant entre autres la distanciation ont amené l'établissement à repenser le fonctionnement pour répondre aux recommandations de l’ARS en matière d’hygiène. Il était impératif de limiter les moments où la transmission du virus était potentiellement forte. La salle à manger était un lieu où la proximité sans les EPI (équipements de protection individuelle) était inévitable. Aussi, il apparaissait nécessaire de modifier les pratiques et de proposer des repas dans des lieux sectorisés.

Tous les professionnels ont travaillé de concert pour apporter des solutions aux changements d’organisation.

L’équipe d’infirmières a revu son plan de soins pour la distribution des médicaments.

L’équipe encadrante a réévalué tous les plans de tables pour favoriser l’harmonie des nouvelles salles à manger.

L’éducatrice spécialisée et la psychologue ont élaboré des documents pour aider les résidents à se repérer dans les nouveaux espaces et les accompagner dans leurs nouvelles habitudes de vie.

L’agent de restauration a revu toute son organisation pour préparer au mieux l’ensemble des repas en veillant à ce qu’il y ait le moins d’impact de ce changement sur les résidents (temps de chauffe d’un plat à texture mixée…).

Tous les professionnels ont rapidement proposé des espaces sécurisants et accueillants pour les usagers.

Tous ces vecteurs ont permis de mettre en avant le plaisir alimentaire, d’intensifier les temps d’échanges (les petits groupes ont favorisé les interactions). Il s’agit de l’amélioration d’un temps fort du quotidien des usagers et des professionnels. Ce changement participe à la qualité de vie de chacun.

À présent, deux services sont proposés. L’acquisition d’un chariot de maintien en température a permis de soulager la charge de travail des agents de restauration.

"L’alimentation est un besoin essentiel. Au sein des établissements médico-sociaux, ce temps peut être perçu comme un temps de soin ou un temps purement technique. Au sein du FAM, les temps de repas sont considérés comme des temps de repas thérapeutiques. Jusqu’alors, les équipes avaient identifié l’architecture du FAM comme étant la principale cause des problématiques identifiées (bruit, espace exigu). Devant l’obligation de réagir face à la pandémie, il a été nécessaire de puiser en chacun des ressources pour trouver des réponses adaptées. Il en ressort que des solutions de chaque corps de métier mises bout à bout peuvent participer à un élan créatif organisationnel." Sophie RUEL - Directrice du FAM ANAIS d'Aubigny

" ["post_title"]=> string(34) "L'amélioration des temps de repas" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(31) "amelioration-des-temps-de-repas" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-06-02 11:17:28" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-06-02 09:17:28" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(40) "https://www.fondation-anais.org/?p=12924" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" }

Post Taxonomies:

array(5) {
  [0]=>
  string(8) "category"
  [1]=>
  string(8) "post_tag"
  [2]=>
  string(11) "post_format"
  [3]=>
  string(8) "language"
  [4]=>
  string(17) "post_translations"
}

Terms for Taxonomy category:

array(1) {
  [0]=>
  object(WP_Term)#15727 (10) {
    ["term_id"]=>
    int(200)
    ["name"]=>
    string(15) "Fondation ANAIS"
    ["slug"]=>
    string(16) "fondation-anais2"
    ["term_group"]=>
    int(0)
    ["term_taxonomy_id"]=>
    int(200)
    ["taxonomy"]=>
    string(8) "category"
    ["description"]=>
    string(0) ""
    ["parent"]=>
    int(0)
    ["count"]=>
    int(286)
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

Terms for Taxonomy post_tag:

array(0) {
}

Terms for Taxonomy post_format:

array(0) {
}

Terms for Taxonomy language:

array(1) {
  [0]=>
  object(WP_Term)#15725 (10) {
    ["term_id"]=>
    int(2)
    ["name"]=>
    string(9) "Français"
    ["slug"]=>
    string(2) "fr"
    ["term_group"]=>
    int(0)
    ["term_taxonomy_id"]=>
    int(2)
    ["taxonomy"]=>
    string(8) "language"
    ["description"]=>
    string(68) "a:3:{s:6:"locale";s:5:"fr_FR";s:3:"rtl";i:0;s:9:"flag_code";s:0:"";}"
    ["parent"]=>
    int(0)
    ["count"]=>
    int(5165)
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

Terms for Taxonomy post_translations:

array(0) {
}

L’amélioration des temps de repas

02/06/2021

Le FAM ANAIS d'Aubigny accueille trente résidents depuis son ouverture en 1998. L’architecture est telle que tous les résidents se rejoignent pour les temps de repas. Parfois perçu comme un atout pour la convivialité, l’afflux de résidents et de professionnels au moment du repas entraîne une réalité toute autre :

  • Peu d’espace pour se déplacer, ce qui pouvait parfois être un frein à l’autonomie.
  • Beaucoup de nuisances sonores, qui occasionnaient parfois des conflits entre résidents, des troubles de l’alimentation, et de la déglutition.

La crise du coronavirus et la mise en œuvre des protocoles sanitaires imposant entre autres la distanciation ont amené l'établissement à repenser le fonctionnement pour répondre aux recommandations de l’ARS en matière d’hygiène. Il était impératif de limiter les moments où la transmission du virus était potentiellement forte. La salle à manger était un lieu où la proximité sans les EPI (équipements de protection individuelle) était inévitable. Aussi, il apparaissait nécessaire de modifier les pratiques et de proposer des repas dans des lieux sectorisés.

Tous les professionnels ont travaillé de concert pour apporter des solutions aux changements d’organisation.

L’équipe d’infirmières a revu son plan de soins pour la distribution des médicaments.

L’équipe encadrante a réévalué tous les plans de tables pour favoriser l’harmonie des nouvelles salles à manger.

L’éducatrice spécialisée et la psychologue ont élaboré des documents pour aider les résidents à se repérer dans les nouveaux espaces et les accompagner dans leurs nouvelles habitudes de vie.

L’agent de restauration a revu toute son organisation pour préparer au mieux l’ensemble des repas en veillant à ce qu’il y ait le moins d’impact de ce changement sur les résidents (temps de chauffe d’un plat à texture mixée…).

Tous les professionnels ont rapidement proposé des espaces sécurisants et accueillants pour les usagers.

Tous ces vecteurs ont permis de mettre en avant le plaisir alimentaire, d’intensifier les temps d’échanges (les petits groupes ont favorisé les interactions). Il s’agit de l’amélioration d’un temps fort du quotidien des usagers et des professionnels. Ce changement participe à la qualité de vie de chacun.

À présent, deux services sont proposés. L’acquisition d’un chariot de maintien en température a permis de soulager la charge de travail des agents de restauration.

"L’alimentation est un besoin essentiel. Au sein des établissements médico-sociaux, ce temps peut être perçu comme un temps de soin ou un temps purement technique. Au sein du FAM, les temps de repas sont considérés comme des temps de repas thérapeutiques. Jusqu’alors, les équipes avaient identifié l’architecture du FAM comme étant la principale cause des problématiques identifiées (bruit, espace exigu). Devant l’obligation de réagir face à la pandémie, il a été nécessaire de puiser en chacun des ressources pour trouver des réponses adaptées. Il en ressort que des solutions de chaque corps de métier mises bout à bout peuvent participer à un élan créatif organisationnel." Sophie RUEL - Directrice du FAM ANAIS d'Aubigny

L'ÉTABLISSEMENT